coronastavelot.com

coronastavelot.com

Le point de vue des médecins italiens en Lombardie

E : 

If you're looking for this in English, here it is in PDF. What follows is my French translation of this New England Journal of Medicine (NEJM) Article. It presents clearly how the pandemic in northern Italy, has clarified what is needed in pandemics. It may not be patient-centered healthcare.

 

F : 

Pandémie et crises humanitaires
en Italie: changer les perspectives sur
Préparation et atténuation

Mirco Nacoti, MD, Andrea Ciocca, MEng, Angelo Giupponi, MD, Pietro Brambillasca, MD,
Federico Lussana, MD, Michele Pisano, MD, Giuseppe Goisis, PhD, Daniele Bonacina, MD,
Francesco Fazzi, MD, Richard Naspro, MD, Luca Longhi, MD, Maurizio Cereda, MD, Carlo
Montaguti, MD

Vol. No. | March 21, 2020
DOI: 10.1056/CAT.20.0080

 

Cet article vient d'être publié en anglais dans le New England Journal of Medicine.

 

Voici cet article en anglais (PDF)

 

Voici ma traduction ...

 

ARTICLE


Dans une pandémie, les soins centrés sur le patient sont inadéquats et doivent être remplacés par des soins centrés sur la communauté. Des solutions pour Covid-19 sont nécessaires pour l'ensemble de la population, non seulement pour les hôpitaux.

 

La catastrophe qui se déroule dans la riche Lombardie pourrait se produire n'importe où.

 

Les cliniciens d'un hôpital de l'épicentre demandent un plan à long terme pour la prochaine pandémie.


Nous travaillons à l'hôpital Papa Giovanni XXIII de Bergame, une toute nouvelle installation ultramoderne avec 48 lits de soins intensifs. En dépit d'être une ville relativement petite, c'est l'épicentre de l'italien épidémie, répertoriant 4 305 cas en ce moment - plus que Milan ou ailleurs dans le pays
(Figure 1).

 

Figure 1  - Lab cases in Lombardy, Italy

 

La Lombardie est l'une des régions les plus riches et les plus densément peuplées d'Europe et est désormais le plus gravement touché. Le 18 mars, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait renseigné 74 346 cas confirmés en laboratoire en Europe, dont 35 713 en Italie.

 

À l'épicentre du Covid-19 

Notre propre hôpital est très contaminé et nous sommes bien au-delà du point de basculement: 300 lits
de 900 sont occupés par des patients de Covid-19. 70% des lits en USI de notre hôpital sont réservés à
patients Covid-19 gravement malades ayant une chance raisonnable de survivre. La situation ici est sombre car nous fonctionnons bien au-dessous de notre niveau de soins normal. Les temps d'attente pour un lit de soins intensifs sont des heures longue. Les patients plus âgés ne sont pas réanimés et meurent seuls sans soins palliatifs appropriés, tandis que la famille est avertie par téléphone, souvent par une personne bien intentionnée, épuisée et affective médecin épuisé sans contact préalable.


Mais la situation dans les environs est encore pire. La plupart des hôpitaux sont surpeuplés,
s'effondrer alors que les médicaments, les ventilateurs mécaniques, l'oxygène et l'équipement de protection individuelle sontindisponible. Les patients étaient allongés sur des matelas au sol. Le système de santé a du mal à offrir des services - même les soins de grossesse et l'accouchement - alors que les cimetières sont débordés, ce qui créera un autre problème de santé publique.

 

Dans les hôpitaux, les travailleurs de la santé et le personnel auxiliaire sont seul, essayant de garder le système opérationnel. En dehors des hôpitaux, les communautés sont négligées, les programmes de vaccination sont en attente, et la situation dans les prisons devient explosive sans distanciation sociale. Nous sommes en quarantaine depuis le 10 mars.

 

Malheureusement, le monde extérieur semble ignorer qu'à Bergame, cette épidémie est hors de contrôle.

 

Les systèmes de santé occidentaux ont été construits autour du concept de soins centrés sur le patient, mais l'épidémie nécessite un changement de perspective vers un concept de soins centrés sur la communauté.

 

Ce que nous apprennent douloureusement que nous avons besoin d'experts en santé publique et en épidémies, mais cela n'a pas été l'attention des décideurs aux niveaux national, régional et hospitalier. Nous manquons d'expertise sur épidémiologiques, nous guidant à adopter des mesures spéciales pour réduire les effets épidémiologiques négatifs comportements.


Par exemple, nous apprenons que les hôpitaux pourraient être les principaux transporteurs Covid-19, car ils sont rapidement peuplé de patients infectés, facilitant la transmission à des patients non infectés. Les patients sont transportés par notre système régional 1, qui contribue également à la propagation de la maladie les ambulances et le personnel deviennent rapidement des vecteurs. Les agents de santé sont des porteurs asymptomatiques ou malade sans surveillance; certains pourraient mourir, y compris les jeunes, ce qui augmente le stress ceux en première ligne.


Cette catastrophe ne pourrait être évitée que par le déploiement massif de services de proximité. Pandémie des solutions sont nécessaires pour l'ensemble de la population, pas seulement pour les hôpitaux. Soins à domicile et cliniques mobiles éviter les mouvements inutiles et relâcher la pression des hôpitaux.  Thérapie précoce à l'oxygène, oxymètres de pouls, et la nutrition peut être livrée au domicile des personnes légèrement malades et convalescentes patients, en mettant en place un vaste système de surveillance avec une isolation adéquate et en exploitant instruments de télémédecine. Cette approche limiterait l'hospitalisation à un objectif ciblé de gravité de la maladie, diminuant ainsi la contagion, protégeant les patients et les travailleurs de la santé, et minimiser la consommation d'équipements de protection. Dans les hôpitaux, protection du personnel médical devrait être prioritaire. Aucun compromis ne doit être fait sur les protocoles; l'équipement doit être disponible.

 

Des mesures de prévention des infections doivent être mises en œuvre massivement, dans tous les lieux et y compris les véhicules. Nous avons besoin de pavillons et d'opérateurs d'hôpitaux Covid-19 dédiés, séparés des zones exemptes de virus.


Cette épidémie est plus qu'un phénomène de soins intensifs, mais plutôt un problème de santé publique et humanitaire.


Elle nécessite des spécialistes des sciences sociales, des épidémiologistes, des experts en logistique, des psychologues et les travailleurs sociaux. Nous avons un besoin urgent d'agences humanitaires qui reconnaissent l'importance des engagement. L'OMS s'est déclarée profondément préoccupée par la propagation et la gravité de la pandémie et sur les niveaux alarmants d'inaction. Cependant, des mesures audacieuses sont nécessaires pour ralentir infection. Le verrouillage est primordial: la distanciation sociale a réduit la transmission d'environ 60% en Chine.


Mais un nouveau pic se produira probablement lorsque les mesures restrictives seront assouplies pour éviter un impact économique majeur.

Nous avons absolument besoin d'un point de référence commun pour comprendre et combattre cette flambée.
Nous avons besoin d'un plan à long terme pour la prochaine pandémie.


Le coronavirus est le virus Ebola des riches, et nécessite un effort transnational coordonné. Ce n'est pas
particulièrement mortelle, mais elle est très contagieuse.

 

Plus la société est médicalisée et centralisée, plus le virus est répandu.

 

Cette catastrophe qui se déroule dans la riche Lombardie pourrait se produire n'importe où.

 

 

<<<<<<< vers l'Accueil

 

 



27/03/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres