coronastavelot.com

coronastavelot.com

COVID-19, les cas en Belgique le 20 mars, vendredi

De la SPF Santé publique

Sciensano (plus à jour).

 

Sciensano cases - 20 March, 2020

Les 4 premères pages (sur la Belgique uniquement) ici, en format PDF.

 

Sciensano - sit

 

 

Mes ajoutes :

Ma petite carte :

Sur cette carte, cliquez sur une des quatre icônes pour faire apparaître plus de détails: les cas confirmés, et pourcentage des cas en Belgique. Ceci par Région, plus les inconnus ou étrangersj.

 

 

 

Distribution Régionale :

Distribution Régionale - 20 mars 2020

 

Nouveaux cas ce jour (462), 20 mars.

Nouveaux cas en Belgique - 20 mars 2020

Total des cas 

Total des cas confirmé en Belgique, par jour - 20 mars 2020

 

0,01947% de la population Belge à maintenant testé positif.

Cela n'est pas la même chose que le total des personnes infectées, mais encore sans diagnostic.

Une estimation d'un expert en virologie suggère que ce chiffre est probablement 10 fois plus.

Un autre dit "8 fois plus".

Ceci suggère une estimation des cas inféctés en Belgique = 2.257 x 10 = 22.570.

ou, (et à vous de choisir) fois 8:   2.257 x 8 = 18.056.

 

"Pourquoi tant jouer avec ces chiffres?"

On se fait une idée avec les résultats des tests: 0,01947% = une probabilité de 0,0001947.

Si on se sert des autres chiffres: 18.056 / 11.589.623 (population) = 0,00157945

Et pour 22.570, divisé par la population = 0,001947432 comme probabilité d'être une personne infectée en Belgique.

 

"Oho ... tant que ça. ... b'in tû poû dîr, vî fré".

Quelles sont les chances d'entrer en contact avec une personne infectée, par exemple, au magasin?

Plus correctement dit : Quelle est la chance qu'un ou qu'une Belge, et infecté(e)?

(Prenons le deuxième chiffre 0,001947432), c'est 512.4967:1, donc 512 chances avec le prochain contact, qu'il (elle) n'est PAS infecté(e). Ou si vous préféré, (1:512), une chance sur 512 qu'il (elle) EST infecté(e).

 

Si ont prend le départ des "tests positifs", 0,0001947 de probabilité, cela donne une chance de combien?

Comme rappel:  Chance =[ Probabailité / (1 - Probabilité)] ou ici, 0,0001947 / (1 - 0,0001947) =

0,9998053 : 1, et pour exprimer cela en "Chance" (51.200: 1), de ne pas être un personne infectée. Et (1:51200), donc, une chance sur 51.200 d'être un(e) Belge infecté(e) avec le coronavirus. 

 

Même que tous ces chiffres sont ennuyeux, avez vous compris que la chance d'attraper ce virus en fonction d'une idée basée sur les rapports de "tests positifs" donne mathématiquement une suggestion que la chance = 0, (ou presque).

 

La vérité nous permet de ne pas se faire des fausses idées.

-----------

 

Et, en voici une autre, de fausse idéé ...

Sciensano - carte des tests positifs - 20 marsComment ne pas la voir, cette idée trompeuse?

 

Un principe de base: le coronavirus ne respecte pas les frontières.

Preuve? Regardez le monde à l'instant.

 

SPF Santé publique répondra très vite : "Nous n'avons jamais dit qu'il n'avait pas de personnes inféctées avec le coronavirus en Wallonie ... Nos résultats sont simplement les tests positifs." (Na).

 

Alors, qu'est-ce qui divise actuellement le pays en trois régions,

... au lieu de le réunir pour sauver des vies?

 

Réponse : une maldistribution flagrante des tests.

Et pour avoir des tests positifs, il faut en faire.

 

Regardez encore une partie de cette (mal)distribution régionale ...

Une partie de la maldistribution régionale - 20 mars 2020

Pourquoi en Région Flamande une plus grande partie des tests, que sa partie de la population en Belgique?

 

Pourquoi de plus en plus à Bruxelles-Capitale?

Et pourquoi de moins en moins en Wallonie?

 

Pensez à votre réponse.

Mais s'il vous plaît, ne trouvez pas d'explication qui recommence encore une fois à diviser le pays en 3 parties.

Si "l'Union Fait La Force" c'est bien le moment pour se réunire comme d'autres pays du monde l'on déjà fait.

 

La réponse à la question (qui était: comment expliquer le  manque évident en Wallonie, sur la carte de Sciensano?) est assez simple.

 

Et elle ne commence pas avec: "Et bien oui! C'est tous ces N.d.D. de politiciens et fonctionnaires de l'Union Européenne à Bruxelles qui vont encore chercher leurs tests!  Et les Wallons?  Et bien soyez bien 'fîr dèsse Wallon', et bonne chance!"

 

Il n'y a plus de temps pour discuter de tout cela autour d'une bière au café.

Les cafés sont maintenant fermés la plupart du temps.

 

l'Explication est simple.

La commodité d'un laboratoire (dans ce réseau combiné pour le coronavirus), la présence d'un laboratoire à proximité, est une commodité qui fait plus de tests.

 

Si vous ne pouvez pas obtenir de pain à Stavelot aujourd'hui, allez à Malmedy. Mais vous allez cherchez d'abord la solution la plus pratique.

 

Ceux qui commandent les tests trouvent que le nombre accru de laboratoires et de centres hospitaliers en Flandre et à Bruxelles est très pratique. C'est tout.


Mais maintenant cette mauvaise distribution devrait, et pourrait, prendre fin rapidement.

 

Tout le monde n'est pas d'accord.

Certains pourraient même dire: arrêtez tous les tests.

Les résultats d'aujourd'hui bien sûr, par décision politique prise, présentent des résultats pour les personnes déjà hospitalisées et pour le personnel de santé. Ce sont leurs chiffres. Personne d'autre.

 

Philosophie n° 1 

Je suppose que c'est celle qu'on retrouve à SPF Santé publique, mais c'est ma supposition:

 

  1. Les cas d'infection au coronavirus en Belgique vont certainement encore augmenter.
  2. En principe, éventuellement toute la population sera infectée. Difficile à dire mais probabalement vrai. 
  3. Plus de tests ne vont pas changer cette réalité. Un test n'est pas un traitement.
  4. Si toute la population est infectée, ceux qui vont survivre vont développer des anti-corps au coronavirus. Cela sera important comme source d'immunité si ce virus revient l'année prochaine ou à un autre moment.
  5. Dans d'autre pays (Chine surtout), les résultats de cette maladie sans traitement sont de mieux en mieux connus. Disons que parmi ceux qui sont infectés, 81% seront un peu malades mais survivront, 15% seront assez malades, nécessiteront peut-être une hospitalisation, mais survivront, et le reste, 4% (ou faites votre choix de 1 à 7%) vont mourir. Cette répartition des résultats changera probablement un peu d'un pays à l'autre, comme nous l'avons déjà vu en Europe. Une distribution plus généralisée de tests ne changera pas le comportement du virus.
  6. Il est fort probable que les interventions pour se confiner, et appliquer des outils d'hygiène vont réussir à réduire le total des cas d'infection en Belgique. On vera bien avec plus de temps. Si on ne fait pas cela, les hôpitaux et les soignants seront vite débordés. Et dans un tel cas, les chiiffres ci-dessous pour les résultats que personne ne souhaite, vont augmenter.
  7. Vous n'êtes pas malade ou seulement un peu? Lavez vos mains. Restez chez vous. Pas besoin de test.

 

 

Philosophie n° 2

  1. Le plus vite qu'un médecin arrive au diagnostic d'une personne malade, plus vite toutes les actions appropriées peuvent avoir lieu. Dans la situation actuelle, le diagnostic nécessite un test de laboratoire.
  2. Pour ce diagnostic, la maladie à coronavirus, la transmission infectieuse entre humains est maintenant évidemment possible, et se déroule plus facilement et vite, que pour de nombreuses autres maladies infectieuses.
  3. Le traitement pour un diagnostic spécifique est également fréquemment spécifique. Un exemple facile à comprendre: Dx: appendicite aiguë. Rx: appendicectomie. Dx: Fracture de l'humérus. Rx: réduction de la fracture et stabilisation avec un plâtre.
  4. Dans les thérapies spécifiques mentionnées et d'autres, il y a toujours des symptômes. Voilà de quoi le patient se plaint. Par exemple, la douleur après une appendicectomie. Et cela aussi nécessite un traitement. Et s'il est ignoré, le patient ne fera pas aussi bien. Une multitude de traitements symptomatiques sont nécessaires et disponibles pour tout patient malade. Plus tôt le médecin répond, mieux le patient s'en sort. Cinq cents ans de médecine ou plus l'ont prouvé. Ainsi, tous les 81% qui ne se sentiront pas bien et les 15% qui seront très malades ont besoin d'un traitement symptomatique pour regagner la santé dans les plus brefs délais.
  5. Et si la chanson et la danse «il n'y a pas de vaccin, il n'y a pas de traitement» est vraie, pourquoi certains patients sont-ils hospitalisés? Juste pour les mettre en quarantaine? J'espère qu'ils reçoivent une thérapie symptomatique, car "il n'y a pas de traitement".  Et pour ceux qui sont assez malades pour être dans une unité de soins intensifs, les médecins y traiteront les complications du coronavirus, généralement respiratoire. Mais je garantis, prends également soin des autres symptômes va contribuer à les sauver. S'ils ne sont pas traités de manière symptomatique, les patients désespéreront très vite, et choisiront simplement la mort.
  6. Dans tout ce qui précède (n°1 au n°5). Le plus vite que l'on commence tôt une thérapie nécessaire, mieux sera le résultat obtenu. Quelque chose d'aussi simple que l'appendicite, qui est bien sûr aussi une maladie infectieuse. Le retard complique. Le retard tue.
  7. L'histoire et l'examen physique sont les outils de référence pour un médecin. Toujours fait, quand c'est fait correctement, avant de commander des laboratoires et d'autres tests. Cela a maintenant disparu par la fenêtre. Le contact thérapeutique entre le médecin et son patient, se fait désormais par téléphone par les médecins généralistes. Je leur souhaite courage et perspicacité. La méthode par téléphone uniquement est nouvelle et risque de manquer des diagnostics. Le sixième sens qui conduit un médecin à un diagnostic s'appelle l'intuition, modelée par l'expérience. Mais ils devraient avoir une sauvegarde. Tous les patients se sentant suffisamment mal pour appeler son médecin devraient automatiquement subir un test de dépistage du COVID-19.

    Malgré les directives et les arbres de décision écrits, par téléphone le médecin utilisera son instinct. L'intuition est trompeuse dans certaines situations. Et avec une maladie où aucun médecin de soins primaires n'a une expérience antérieure (nouveau coronavirus), le défi pour les trouver, ces infectés, risque de devenir un poids lourd. Leur panoplie déjà importante de responsabilités envers leurs patients vient d'être augmentée géométriquement. Le corps des médecins généralistes s'en sortira-t-il? Esperons-le.

  8. Si une mauvaise répartition des laboratoires, initialement placés pour des raisons économiques, est actuellement déjà dépassée: Corrigeons cela. Si l'armée réussi à installer un hôpital de campagne entier en une journée, mettons en place des laboratoires temporaires sur le terrain où indiquer. Et faisons ces tests. "Q: Pourquoi encore?" Diagonose précoce = traitement précoce et quarantaine = moins de maladies et de meilleurs résultats pour l'ensemble du pays. Et faisons-le rapidement, car le défi grandit de jour en jour.

 

 

 

Et voici la dernière preuve ce jour. Venue, mais pas par hasard, des Philosophes n°1 ...

Sciensano - la diernière preuve ce jour - 20 mars

"C'est résultas me semblent bizarre, JoJo... Tu peux me les expliquer ?"

 

 

Vous préférez laquelle de ces deux philosophies?

 

 

vers les données mondialles de ce jour, le 20 mars >>>>>>>>>

 

 

<<<<<<< vers l'Accueil

 

 

 

 



20/03/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres