coronastavelot.com

coronastavelot.com

COVID-19 en Belgique - 27 juillet, lundi

On ne pensait pas avoir des données ce jour, mais les voici.

Si quelqu'un comprend ce que Sciensano annonce, laissez un commentaire pour me mettre au courant.

 

Nouveaux cas - 27 juillet

 

 

Des différences intéressantes entre les Cas signalés, et ce qu'on retrouve dans la base des données Excel fourni par Sciansano. Je suppose que c'est ça: "les ca ne sont pas consolidés."

 

Cas signalé et la base de donnés - 27 juillet

 

 

 

Les cas - une galerie du 27 juillet, lundi

 

 

Les décès, résumés 

Décès, résumés - 27 juillet

 

Taux de mortalité mondialement ce jour: 3,99% des cas décèdent. Belgique? : 14,76%.

 

 

En résumé :

Les données de l'Univ. de Johns Hopkins à Baltimore aux États-Unis, sur la Belgique:

66 026 cas

9 821 décès

17 438 récupérés

38 767 personnes activement malades avec COVID-19

 

Je ne saurais pas vous dire pourquoi il est plus facile pour un citoyen Belge d'obtenir ces données aux États-Unis, que de les obtenir de Sciensano en Belgique. Mais c'est ainsi.

 

Belgium\\\'s numbers - 27 July

 

 

 

Mondialement, dans 188 des 195 pays du monde, la relation entre les cas récupérés et les cas actuellement malade est présenté ci-dessous:

 

World R to A ratio - July 27, 2020

 

Mondialement pour chaque personne activement malade, 1,516 sont récpérés de COVID-19.

Même que l'idée que 0.516 personne est moins qu'une personne, reste un peu bizarre, ce rapport reste utile.

 

En Belgique nous avons appris de Johns Hopkins: 38 767 activement malades, et 17 438 cas récupérés ce jour.

 

Ceci donne 17 438 / 38 767 = 0,4498:1 comme rapport. Beaucoup moins de personnes récupérés pour chaque personne encore malade. Ou l'inverse: 38 767 / 17 438 = 2,22 personnes malades pour chaque personne récupéré. 

 

Pourquoi?

 

Et pourquoi ne pas apprendre cela ici en Belgique au lieux d'avoir à "courir" à Baltimore?

 

Aucune explication des experts? Cela semble assez étrange.

 

 

Comparaisons de 27 pays

Nous suivons ces mêmes pays depuis fin février.

 

Voici une galerie des résultats face à COVID-19 de ces pays:

 

 

 

 

Comparaisons, triées de ces 27 pays

 

 

Nos choix ...

 

Ici, une barre par pays. En bleu les cas décédés. En rouge, les cas actif, donc encore malade. En vert ceux qui sont récupérés. On aimerait bien de voir tous les pays en vert. Mais certains pays ont au moins 50% des confirmés, qui sont encore activement malades. Parmi ceux-ci, la Belgique.

 

A-D-R July 27, 2020

Voici les durées de cette contaminationdans chacun de ces pays, triée ...

À présent, 5,8 mois pour la Belgique. 

 

Months of infection, ranked - July 27, 2020

 

Mais si on compare ces pays pour voir avec le temps de contamination vécu, ce qu'ils ont réussi à obtenir comme pourcentage de cas récupérés, cela ajoute un peu d'info. Même beaucoup.

 

Le Danemark en tête de list, sur ses 5,03 mois de vivre avec l'infection, présente 4 fois le nombre de récupérés de COVID-19 que la Belgique pendant les 5,8 mois d'épidémie dans notre pays.

 

 

% Recovered per day of infection, ranked - July 27, 2020

 

Et pourquoi ?

Les experts n'ont encore rien dit à de tels sujets. Peut-être ils suppose que tous ce passe pour le meilleur résultat possible.

 

CONCLUSION :

J'espère que cela ne semble pas que nous nous attaquions toujours à la Belgique.

 

Mais ces chiffres parlent d'eux-mêmes.

Le problème est plus vaste que de simplement décider du niveau de confinement à imposer ensuite à la population belge.

 

Certains pays à l'heure actuelle, comme le Brésil ou les États-Unis, ont certainement plus de cette maladie que la Belgique.

 

Mais par rapport à ces 27 pays suivis depuis février, les résultats de la Belgique avec COVID-19 ne sont pas bons à plusieurs niveaux.

 

Où est l'expert qui nous parle de cela?

Et quand de tels problèmes sont partagés avec des représentants élus ..., aucune réponse à présent.

 

Nous avons pris l'habitude de voir les paroles des épidémiologistes transmises aux comités gouvernementaux pour publier la prochaine proclamation.

 

Mais qui étudie pour définir où les soins médicaux échouent pour le patient potentiel et actuel ?

Je ne veux pas dire que tous les médecins sont de mauvaise qualité. Mais probablement plusieurs choses qui leur sont imposées les empêchent de fonctionner à un niveau de soins plus élevé.

 

D'où vient cette imposition ?

 

---------

 

Un exemple d'une étude à faire. Et elle ne demande pas des millions investis par une société pharmaceutique.

 

J'ai remarque dans le passé que quand un membre de ma famille était admis à l'hôpital, son médecin généraliste ne venait pas voir le patient quotidiennement. En fait, même pas une seuls fois. On m'a vite fait comprendre que de telles visites n'arrivent jamais ou rarement. Les soins sont transférés au médecin hospitalier. Finalement, un rapport est envoyé au médecin de premier recours.

 

Je ne juge pas que cette habitude de pratique est bonne ou mauvaise. Mais j'ai immédiatement remarqué à quel point c'était différent de l'endroit où j'avais pratiqué. Là, le médecin de premier recours est resté un élément clé de l'équipe de soins.

 

On peut imaginer qu'un fournisseur de soins primaires connaît bien son patient.

Peut-être même mieux qu'un spécialiste qui ne l'a jamais vu auparavant que le jour de son arrivé par les Urgences. Ces informations manquantes peuvent certainement être transmises par téléphone ou par courrier électronique. Et cela à cours du temps de l'hospitalisation. Cela nécessite suffisamment de temps, généralement disponible. Mais pas toujours.

 

Mais le point sur lequel nous devons souligner ici, c'est que cela ne se produit pas de la même manière dans tous les pays du monde. C'est certain. Mais cette différence est-elle importante pour le patient ?

 

Dans un environnement COVID-19, il n'y a souvent pas beaucoup de temps pour apprendre à connaître le nouveau patient. Le système tel qu'il existe, la médecine telle qu'elle est pratiquée dans une région donnée, contribue aux résultats. Le rôle du prestataire de soins primaires pour un patient hospitalisé est-il le même dans les pays avec les meilleurs résultats pour le COVID-19, comme c'est le cas en Belgique, où les résultats sont moins bons ce jour ? 

 

Cela n'est pas proposé pour porter des jugements en l'absence de données.

 

Il est proposé à titre d'exemple d'étude qui doit être facile et rapide à réaliser. Collecte de données: aucune opération requise. Les résultats d'une telle étude devraient être intéressants. De nombreuses autres études similaires peuvent être imaginées.

 

Ce n'est qu'en faisant de telles études que nous pouvons découvrir si nous aimons la façon dont nous pratiquons ou non, et où apporter des changements.

Changer pour qui? Pourquoi pour le prochain patient bien sûr.

 

Je crains que le médecin généraliste en Belgique soit actuellement accablé par un nombre croissant de tâches administratives. Pas beaucoup de temps, et pas l'habitude de voir son patient hospitalisé et d'apporter des connaissances importantes aux soins de ce patient.

 

Avez-vous remarqué? Rien de tout cela n'avait rien à voir avec les décisions du gouvernement.

Beaucoup des résultats dont ont parle actuellement n'on rien à faire avec des conseils nationaux de sécurité. C'est simplement de la Médecine. 

 

L'hypothèse qu'elle est toujours bien pratiquée mérite d'être remise en question au quotidien. Pas par une agence gouvernementale, mais par les pratiquants eux-mêmes. 

 

Une telle activité, et de maintenir un niveau sain de doute, n'a pas pour but d'insulter qui que ce soit. Son objectif correspond au besoin constant d'améliorer les soins prodigués.

 

-------

 

Restez calme, patient, et courageux.

Mais ne faite pas trop de bruit. Le Conseil national de sécurité est au travail.

 

 

Si quelqu'un a une question, n'hésitez pas à la placer ci-dessous.

 

 

<<<<<<< vers l'Accueil

 

 



27/07/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres