coronastavelot.com

coronastavelot.com

COVID-19 en Belgique - 16 août, dimanche

Alors Sciensano a publié des données après tout ...

 

 

Nouveaux cas an Belgique - 16 août

Les Cas

 

 

Les Décès

 

 

Taux de Croissance

 

Un dimanche exactement comme tous les dimanches.

 

 

Un mot en plus. 

 

Quel est l'impact du fait que depuis des mois, les données des décès restent incomplets?

 

Certains diront que cela n'a que très peu d'importance.
Après tout, ces gens sont malheureusement morts. On ne peut pas changer ça.

Donc, si leurs dossiers sont incomplets, qu'est-ce qui a été perdu?

 

Quand quelqu'un meurt, des médecins étudient quelque part comment ce décès aurait pu être évité.

Ils font cela pour la prochaine personne qui pourrait tomber malade de la même maladie. Cela fait partie du travail. Ce travail sauve des vie.

 

Ainsi, les différences de taux de mortalité entre les hommes et les femmes, à différents âges et dans différentes régions, offrent des indices sur les raisons pour lesquelles les gens meurent. 

 

Cela incite les médecins à accorder plus d'attention à certains groupes de patients (encore en vie) et à être plus prudents dans leurs soins: ou dans les soins de certains. Et de cela, de cette méthode scientifique, des vies sont sauvées.

 

Le 13 août une publication dans le Lancet. Une étude sur les différences de fréquences dans les décès par âge, et séxe dans 8 pays. Des données sur les décès dus au COVID-19 étudiés en Royaume-Unis, la France, l'Allemagne, l'Italie, Pays-Bas, le Portugal, la Corée du Sud, et l'Espagne. Et ensuite, les données fut rassemblées et étudiées.

 

Les résultats attirent l'attention que les hommes âgés de 60 à 69 ans et atteint de COVID-19 ont un taux de mortalité 2,56 fois ce taux chez les femmes du même âge. Un autre résultat: chez les enfants de 0 à 9 ans, les filles décèdent un peu plus souvent. 

 

Je passe sur plus d'éxplication détaillée de  ces résultats.

 

Une très belle étude. Elle va attirer l'attention de médecins mondialement.

La Belgique n'a pas été incluse dans cette étude.
Pourquoi?


Depuis des mois, les données de la Belgique sur ses décès de COVID-19 sont incroyablement incomplètes. C'est même honteux.  La France y était, Pays-Bas, l'Allemagne. Des pays qui nous entourrent. Pourquoi pas la Belgique?

 

Au moment de cette étude, 2 670 dossiers restaient incomplets en Belgique.

Cela n'empèche pas Sciensano de présenter des résultats et d'en tirer des conclusions quotidiennement.

 

 

Belgium

 

 

Ce dimanche les incomplets parmi les décès de COVID-19 en Belgique sont 2 669. Dans 26,9% des décès de cette maladie, l'âge ou le sexe ou les deux ne sont pas connus. Dans 19 décès, on ne sait pas où ces décès ont eu lieu.

 

Donc, impossible de faire une vraie étude sur les décès de COVID-19 en Belgique car toutes conclusions seraient suspects. Ci-dessous, le rapport de 1,01 homme décédé pour chaque femme décédée est faut. Il manque trop de données.

 

 

Mortality data with incompletes - 16 août

 

La plupart des dossiers incomplets se trouvent en Flandre. Là, seulement 47% des dossiers des décédés sont complets.

 

Réponse à mes lettres et emails (publiés ici aussi) à M. DeWever à ce sujet? Non. Aucune.

 

Alors que cela peut être considéré comme impoli. Alors que je pourrais être offensé. Cela n'a aucune importance.


Ce qui est important, c'est que la communauté scientifique mondiale prend les épidémiologistes et les médecins belges, pour une bande de clowns.


Et cela, je crois, est important.


Pourquoi quelqu'un scientifique penserait-il même à les inviter dans des études multinationales ou dans le développement de vaccins?


Une bande de clowns.

 

Mais ces clowns dirigent.

 

 

<<<<<<< vers l'Accueil 

 



16/08/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres