coronastavelot.com

coronastavelot.com

Comment se protéger? (Living the COVID-19)

E :

 

Here is a Youtube video, showing a DIY facemask. Not bad. Outside in the rain there might be problems. But at home, no problem, and the price is right. Once you have the model down, measure string length for the next 10000 that you make. Decide on the price you want, when neighbors want a few.

 

 

But is his easy to make mask..., effective?

But first, what does the CDC recommend about prevention, including masks?

 

Dressing up for Disease, or to avoid it?

 

I spent about 30 years wearing protective equipment as a General Surgeon, during training and practice.


Here's some of what I learned.

  1. Our behavior and choice of practices and garb were not directed by anecdote. Instead, direction came from years of research on the subject by others or our own, with the eventual migration from research results into daily practice. Occasionally, the basic principles and practices were improved by some newer results. 
  2. The surgical and medical literature have not abandoned the topic. Things still change, and difficult times, like an Ebola outbreak, get studied and eventually lead to what is practiced in the field.
  3. Of course, all of this at first pass, is and should be related to healthcare workers. Those who have chosen this vocation, practice daily in dangerous environments. Dangerous how? Most often a surgeon operates on a non-infected patient. So the goal is to not transmit a source of infection, from surgeon (and team) to patient. That would be bad, and used to happen often. Special dress (scrub suits, shoe covers and hats), additional equipment (gloves and masks) come into routine use. The patient, infected or not, is colonized with bacteria on the skin. Scrubbing the skin and painting with antiseptic solutions will reduce as well, wound infection risk for the patient. These tools to some getting used to. Comic relief was often provided by Medical Students doing a Surgical Rotation, when they appeared in the O.R. with their hat on backwards, an upside down mask, or started contaminating the surgical field while getting into gown and gloves (less funny). Do not run out and get supplies and automatically think, you will be "doing it right." That contributes heavily to recommendations from CDC, that doesn't normally make glib recommendations, about not wearing a mask unless you are a healthcare provider.
  4. Sometimes the patient is infected. Maybe this is even the reason for operation. Example: draining an abscess. So there, the same equipment is now protecting the surgeon (and team) from the organisms originating in the patient, that they might come in contact with. A frequent addition for such procedures is goggles to protect the eyes. Another example is operating on someone with an infection, but not for  the infection. Someone with HIV has an infectious organism in blood and secretions, but may need an operation for some other reason. When I operated on such patients, the habit of double gloving and double gowning was commonly practiced. Cutting oneself or a team member with the scalpel in such cases, was always anxiety provoking and careful technique to avoid such an accident was usually triply evident.
    Effectiveness of these various practices, habits, and novelties as they arose, were scientifically studied. Surgical Departments gathered data, studied, published and discussed, their infection rates. The results also determined, in most cases, who would be selling what supplies to hospitals and doctors' offices. The price paid is much higher than for the mask in the video above, even though it may still be effective in a home setting.
  5. But let's leave the surgical suite to come back to COVID-19.
    - scenario 1 : you are feeling fine, and need to go out and about. To get to work, or to shop. You are at the center, surrounded by the potential enemy: all those who may be transmitting droplets containing virus, sick or not.
    - scenario 2 : you are feeling sick, with a fever, runny nose and a cough. No shortness of breath, and really don't feel too bad. You don't know what you have, and have perhaps tested positive for coronavirus or tested negative. So? Well positive or not, you have something. And the symptoms so far suggest that it is infectious, probably viral, and probably transmissable. Maybe you're starting the flu? Perhaps more likely, a cold with an adenovirus, but not a coronavirus. In the past (and today) illnesses like colds get transmitted because we're not very careful from an infectious disease perspective. Also not very compassionate for our fellow humans. Big deal. We cough and sneeze on others, rarely wash our hands, perhaps except when we go to a restroom. I recall a very nice study published during my Residency years in the early '80's. It found that if you wash your hands in a public restroom, there will be more bacteria, pathogens and not to be recovered from your hands, than if you don't wash your hands and just leave. But current moves towards coronavirus prevention by reducing transmission, can never the less serve to remind us that we can often do better than we do. Sick? Reverse isolate yourself from all those you contact, and who probably are not sick. In Japan, one sees people on the metro or buses who have been doing this for years.
  6. - scenario 3 : You are feeling fine. But the person you share life and space with is sick and tested positive for coronavirus. You are not looking for another place to live. Instead, you plan to contribute to the care of this person. You don't want to get coronavirus. What should you do? What can you do? Some will answer at this point, "I can and will do, whatever I should do." I phrase it that way, because we can't always do what we should. Example: wear a mask when around that sick person, but the stores are out of masks. In that situation, I think that the video at the top of this page, and making your own mask, may be more than a waste of time, string and staples. I actually believe it might help.
    One additional problem is, that you were not trained to be a healthcare provider. So things like wearing and working in a mask, needs to be learned, as simple as it looks. I used to get mildly enraged when I saw a colleague consistently wearing the top of his mask just under his nose instead of over it. I don't know if the infection rate of his patients was higher or not. The point is, their is a logic to all this costuming, that makes scientific sense, and that must be learned before becoming a habit.
  7. I will next share with you what I think based on experience, anecdotal or not. I will add a few recent references from the medical/ surgical literature to give a feel for what the latest news on all this is, and how it surfaces. I'll suggest what you might consider doing.
  8. Patience. I'll be back. In the meantime, watch this on Twitter Some care just won't be happening at home.

 

F : 

 

S'habiller pour une maladie ou pour l'éviter?

 


J'ai passé environ 30 ans à porter des équipements de protection en tant que chirurgien général, pendant ma formation et après en pratique.


Voici une partie de ce que j'ai appris.

 

  1. Notre comportement et notre choix de pratiques et de vêtements n'étaient pas dirigés par une anecdote. Au lieu de cela, la direction est venue d'années de recherche sur le sujet par d'autres ou les nôtres, avec la migration éventuelle des résultats de la recherche vers la pratique quotidienne. Parfois, les principes et pratiques de base ont été améliorés par de nouveaux résultats.
  2. La littérature chirurgicale et médicale n'a pas abandonné le sujet. Les choses changent encore et les temps difficiles, comme une épidémie d'Ebola, sont étudiés et conduisent finalement à ce qui est pratiqué sur le terrain.
  3. Bien sûr, tout cela au premier passage est et devrait être lié aux travailleurs de la santé. Ceux qui ont choisi cette vocation pratiquent quotidiennement dans des environnements dangereux. Comment dangereux? Le plus souvent, un chirurgien opère sur un patient non infecté. L'objectif est donc de ne pas transmettre une source d'infection, du chirurgien (et de l'équipe) au patient. Ce serait mauvais et cela arrivait souvent. Des vêtements spéciaux (gommage, couvre-chaussures et chapeaux), des équipements supplémentaires (gants et masques) entrent en usage de routine. Le patient, infecté ou non, est colonisé par des bactéries sur la peau. Frotter la peau et peindre avec des solutions antiseptiques réduira également le risque d'infection de la plaie pour le patient. Ces outils pour certains s'y habituent. Le soulagement comique a souvent été fourni par des étudiants en médecine effectuant une rotation chirurgicale, lorsqu'ils sont apparus dans l'O.R. avec leur chapeau en arrière, un masque à l'envers, ou a commencé à contaminer le champ chirurgical tout en enfilant une blouse et des gants (moins drôle). Ne vous précipitez pas et n'obtenez pas de fournitures et pensez automatiquement que vous «le ferez bien». Cela contribue fortement aux recommandations du CDC, qui ne fait normalement pas de recommandations claires, à propos de ne pas porter de masque, sauf si vous êtes un fournisseur de soins de santé.
  4. Parfois, le patient est infecté. C'est peut-être même la raison de l'opération. Exemple: vidange d'un abcès. Alors là, le même équipement protège désormais le chirurgien (et l'équipe) des organismes originaires du patient avec lesquels ils pourraient entrer en contact. Un ajout fréquent pour de telles procédures est des lunettes de protection pour protéger les yeux. Un autre exemple opère sur une personne infectée, mais pas pour l'infection. Une personne infectée par le VIH a un organisme infectieux dans le sang et les sécrétions, mais peut avoir besoin d'une opération pour une autre raison. Lorsque j'ai opéré de tels patients, l'habitude du double-gants et des double-robes était couramment pratiquée. Dans de tels cas, se couper soi-même ou un membre de l'équipe avec le scalpel était toujours source d'anxiété, et une technique prudente pour éviter un tel accident était généralement triplement en évidence. L'efficacité de ces diverses pratiques, habitudes et nouveautés au fur et à mesure de leur apparition a été scientifiquement étudiée. Les services chirurgicaux ont recueilli des données, étudié, publié et discuté de leurs taux d'infection. Les résultats ont également déterminé, dans la plupart des cas, qui vendrait quelles fournitures aux hôpitaux et aux cabinets médicaux. Le prix payé est beaucoup plus élevé que pour le masque dans la vidéo ci-dessus, même s'il peut toujours être efficace dans un cadre domestique.
  5. Mais quittons le bloc opératoire pour revenir à COVID-19.

-scénario 1: vous vous sentez bien et devez sortir et vous déplacer. Pour aller travailler ou faire du shopping. Vous êtes au centre, entouré de l'ennemi potentiel: tous ceux qui peuvent transmettre des gouttelettes contenant du virus, malades ou non.
- scénario 2: vous vous sentez malade, avec de la fièvre, un écoulement nasal et une toux. Pas d'essoufflement et ne vous sentez vraiment pas trop mal. Vous ne savez pas ce que vous avez, et vous avez peut-être été testé positif au coronavirus ou négatif. Donc? Eh bien positif ou pas, vous avez quelque chose. Et les symptômes jusqu'à présent suggèrent qu'il est infectieux, probablement viral et probablement transmissible. Peut-être que vous commencez la grippe? Peut-être plus probable, un rhume avec un adénovirus, mais pas un coronavirus. Dans le passé (et aujourd'hui), des maladies comme le rhume se transmettent parce que nous ne sommes pas très prudents du point de vue des maladies infectieuses. Aussi pas très compatissant envers nos semblables. Grosse affaire. On tousse et on éternue sur les autres, on se lave rarement les mains, sauf peut-être quand on va aux toilettes. Je me souviens d'une très belle étude publiée pendant mes années de résidence au début des années 80. Il a constaté que si vous vous lavez les mains dans les toilettes publiques, il y aura plus de bactéries, d'agents pathogènes et de ne pas être récupéré de vos mains, que si vous ne vous lavez pas les mains et que vous partez. Mais l'évolution actuelle vers la prévention des coronavirus en réduisant la transmission ne peut pas moins nous rappeler que nous pouvons souvent faire mieux que nous. Malade? Inversez-vous isolez-vous de tous ceux que vous contactez et qui ne sont probablement pas malades. Au Japon, on voit des gens dans le métro ou les bus qui font ça depuis des années.

 

    • scénario 3: vous vous sentez bien. Mais la personne avec qui vous partagez la vie et l'espace est malade et testée positive pour le coronavirus. Vous ne cherchez pas un autre endroit où vivre. Au lieu de cela, vous prévoyez de contribuer aux soins de cette personne. Vous ne voulez pas contracter le coronavirus. Que devrais tu faire? Que pouvez-vous faire? Certains répondront à ce stade: «Je peux et je ferai tout ce que je dois faire». Je le formule ainsi, car nous ne pouvons pas toujours faire ce que nous devons faire. Exemple: portez un masque autour de cette personne malade, mais les magasins ne contiennent plus de masques. Dans cette situation, je pense que la vidéo en haut de cette page, et faire votre propre masque, peut être plus qu'une perte de temps, de ficelle et d'agrafes. Je crois en fait que cela pourrait aider.
      Un autre problème est que vous n'avez pas été formé pour être un fournisseur de soins de santé. Il faut donc apprendre des choses comme porter et travailler avec un masque, aussi simple qu'il y paraît. J'étais légèrement enragé quand je voyais un collègue porter constamment le haut de son masque juste sous son nez au lieu de le recouvrir. Je ne sais pas si le taux d'infection de ses patients était plus élevé ou non. Le fait est que c'est une logique pour tous ces costumes, qui a un sens scientifique et qui doit être apprise avant de devenir une habitude.

 

 

Je partagerai ensuite avec vous ce que je pense basé sur l'expérience, anecdotique ou non. J'ajouterai quelques références récentes de la littérature médicale / chirurgicale pour donner une idée de ce que sont les dernières nouvelles sur tout cela et comment elles se présentent. Je suggérerai ce que vous pourriez envisager de faire.

 

Patience. Je reviendrai. On reste calme.

En attendant, regardez ça, sur Twitter. Certains soins n'auront tout simplement pas lieu à la maison.

 

 

<<<<<<<<< l'Acceuil

 



01/03/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres