coronastavelot.com

coronastavelot.com

Comment améliorer le resultat?

 

Je commence avec ceci de la fin de l'article précédent ...

 

A-D-R in 28 countries - 7 September

Cela nous montre que depuis tous les mois que nous vivons avec ce virus, de ceux avec la maladie de COVID-19 (= tests positifs) seulement 21% sont guéris ou récupéré. 

 

Pour exprimé cela autrement, pour chaque personne encore activement malade avec COVID-19 en Belgique, seulement 0,323 personne(s) résupérée(s) - donc, moins d'un personne.

 

Comparons cela avec la valeur mondiale de ce jour. 

Graphiquement, cela donne ceci ...

 

Un peu d'aide: le nombre de récupérés = la ligne bleu. Ceux activement malades en rouge. 

Et le rapport entre les deux, récupérés divisé par activement malade = 2,237 ce jour.

C'est souvent exprimé ainsi: 2,237 : 1.

R to A ratio - 7 September (2

C'est encourageant pour notre monde. Et donc pour nous aussi.

Même que ceux activement malade ont encore augmentés ce jour, ... plus de 8 millions,

on y trouve encore plus de récupérés : 18 158 420. Et la courbe verte ci-dessus augmente la plupart des jours. 

Actively iLL in our World, with COVID-19 - 7 September

Mais pas en Belgique.

Au lieu de 2,237 : 1, on est à 0,323 : 1.

 

Permettez-moi de revenir en arrière sur un point évident.
Ce serait bien d'avoir plus de gens guéris du COVID-19.
Cela est évident. C'est un rapport R / A élevé.
Mais comment y arriver?
Certains répondront rapidement: "Attendez le vaccin et portez un masque en attendant. D'autres pourraient dire:" Restez simplement à la maison. "Cela énerve de nombreuses personnes.
Que diriez-vous: "Faites plus de tests."

À quoi cela ressemble-t-il dans le monde?
Faire plus de tests est-il en corrélation avec un ratio R / A plus élevé?

 

On se tourne vers plusieurs pays du monde.

C'est quoi, "... plus de tests?" Mais aussi, "assez de tests." "Trop de tests."

 

La Belgique est devenue fière de ses tests. (Ne l'était pas toujours).

C'est tests sont présentés ainsi ...

 

Tests - Total - 3 septembre

 

On peut voir facilement des chiffres qui vont impressioner certains. Oui. C'est beaucoup.

On peut aussi voir où la quantité de tests a un peu lâché prise, là au milieu. 

On ce souvient aussi des explications des experts de qui serait testé et qui ne le serait pas.

 

Mais si on est d'accord de dire: "Pas mal comme résultat. Hin ?..."

 

Est-ce dans la moyenne pour d'autres pays du monde?

Est-ce beaucoup mais pas assez? Ou trop?

Plus important: Est-ce que ce nombre de tests a une corrélation importante avec le nombre de guéris (R/A) dans le monde?

Si le nombre de tests est bas, pour avoir plus de guéris, ... faisons plus de tests! Non?

 

 

Voici une première partie de la réponse. Nos pays suivis depuis février.

La moyenne est 150 463 tests par million d'habitants.

La Belgique? 208.729 par million. Donc, on est bon. Même au dessus de la moyenne. "... ça alors!"

Un bon moment pour terminer cet article sur une note positive, pour une fois.

 

Tests per million inhabitants, 28 countries - 7 September, 2020

Je continue.

Y a-t-il une forte corrélation entre le nombre de tests effectués et le rapport R / A que nous avons introduit?
Si pas assez de tests dans un pays, peu se sont rétablis. Vrai ou pas?
Si des milliards de tests dans un pays, beaucoup se sont rétablis et presque personne n'est plus malade. Vrai ou pas?

 

Cela donne ceci ...

Je cherche une corrélation entre les deux.

R to A in 21 countries and Tests per million - 4  September, 2020

Ne vous cassez pas la tête. Je saute de suite à la réponse. Qui est "Non." Plus de tests ne vont pas ammener plus de récupérés. 

Pays par pays, en prenant leur tests par million et leur rapport R / A. Pas de corrélation.

Je n'ai pas tout dit. Une corrélation avec une valeur de r² = 0,04. Donc, le nombre de tests dans un pays est en relation avec cette valeur de guérison, R /A, et le nombre de tests explique seulement 4% du nombre de personnes récupérées.

 

"On abandonne?"

Jamais de la vie.

 

Voici des pays avec un rapport R / A en dessous de 1, comme la Belgique.

Mais maintenant, nous cherchons un lien avec le niveau de tests qui sont positifs.

 

R to A less than 1

7 pays avec en moyenne, 0,232 personne (donc, moin qu'une personne) guéries pour chaque personnencore malade. Valeur moyenne pour les tests positifs? 2,6%.

 

On se sert de cette valeur pour définir comment va la pandémie dans un pays. Par exemple, 5% veut dire que le pays peut réouvrir. 10% de tests positifs est concernant. 20% est complètement scandaleux.

Un exemple: au Mexique, 50% des tests sont positifs! Fait exprès par leur direction pour économiser les dépenses. Rien de plus.

 

Mais ce 5% comme cible, ... est-ce bas assez?

Comment savoir?

 

Si on accepte que voir augmenter cette valeur du rapport R / A (plus de personnes guéries) semble être une bonne idée, que peut on trouver parmis encore d'autres pays?

 

Au suivant ...

Des pays avec un R:A entre 1 et 6.

Et leur niveaux de tests positifs?

 

R to A less between 1 and 6

Et bien c'est 2,96%.

Et qui est, bien sûr presque identique à l'exemple précédent. Des pays où des rechutes dans les cas et décès arrivent parfois.

 

Au suivant ...

 

R to A less greater than 6

 

Voci 8 pays avec le Rapport R / A au dessus de 6! Plus de 6 personnes guéries pour chaque personne encore malade.

Niveau de positivité des tests? 1,1%.

 

Ce sont des pays dont nous entendons parler de leurs succès contre COVID-19.

Ils ont remis le virus dans sa bouteille.

 

Où est la Belgique dans tout ceci des tests positifs?

 

Ici. À 2,6%. Avec encore plus de gens activement malade, que guéris.

 

Voici leur graphique ...

Les tests positifs - 8 septembre

 

 

 

Conclusions?

      • Quand vous entendez l'un ou l'autre dire que pour réouvrir les écoles, et l'HORECA, etc. il faut un niveau de 5% positifs... Méfions-nous!
      • "Oui mais, pour arriver à votre 1% de positifs, il faut quand même plus de tests! Non?"
      • Oui et non. Il faut plus de tests, mais surtout, une autre distribution de tests. Plus les hôpitaux et maison de repos, et leurs personnelles en préférences. Il faut passer au public. Il faut tester toute la bande. Il faut 11,5 millions de tests. C'est possible. C'est essentiel.
      • Et quand la réponse viendra vite: "Impossible! Pas assez de réactifs pour les laboratoires!" Il faudra changer le système comme il est conçu actuellement. Il est conçu pour une petite partie de la population. C'est du passé.

 

"Qui veut dire ? ..."

    • Cela veut dire qu'on arrête de favoriser les fournisseurs de tests choisis à l'instant par le gouvernement (et des pots de vin). D'autres sociétés peuvent fournir des tests fiables. Ils doivent tous s'y mettre.
    • Cette image d'une personne vétue en astronaute, poussant une longue tige de coton dans le nez de quelqu'un jusqu'à ce qu'elle sorte presque de l'arrière de la tête de la personne ... cela n'est plus nécessaire.
      • Sans les dépenses pour ces habits et le personnelle, le dépistage peut se faire par le personne en question, et chez elle. L'échantillon renvoyez vers le labo par la poste ou déposé au labo. Pas différent que ça du dépistage pour cancer du colon. Chez soi. Et faite ainsi, on ne contamine personne si on est infecté.
      • Les échantillons de salive sont aussi souvent positifs, que le truc dans le nez. Dans plusieurs études encore plus sensible et spécifique. Moins de résistance à l'idée de "se faire tester."
    • Et bien sur, il y aura des positifs dans ce mélange. Tant mieux. Mais il faudra devenir plus sérieux sur les confinements et quarantaines des personnes positifs. "Écartez-vous des autres personnes à la maison et lavez bien vos mains ..." Cela ne va pas arrêter la transmission. 70% des infections sont transmit à la maison, en famille.
      • Il faut faire comme dans les pays qui ont eux du succès pour augmenter leur rapport R / A.
      • Je ne rigole pas quand je dit que l'armée doit commencer à construire des camps avec des casernes et tous les services nécessaires, sanitaires mais aussi humains. Positif? On part pour le camp et y reste au moins 2 semaines ou jusqu'à ce que le résultat soit connu. Ce n'est pas une vacance. Cela ne doit pas sember à un emprisonnement ni une punition.
      • De plus en plus, le public doit prendre la responsabilité pour organiser ces changements important. Maintenant. Car attendre jusqu'à la fin septembre pour "voir comment ça va" est inacceptable. Cela pousse ce public à se fouttre de tout. Pendant que le "gouvernement" se pose la question, "Qu'allons nous faire?"

 

Lundi prochain et celui d'après et le suivant aussi seront encore sans progrès (sauf pour le virus) si nous ne nous réunissons pas pour faire ce travail. 

 

Quand les autres pays avancent, ça stagne ici.

 

 

Écrivez quelques mots ici pour décrire le rôle que vous prévoyez de jouer pour rendre cela réel.

 

 

<<<<<<< vers l'Accueil 

 

 



07/09/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres