coronastavelot.com

coronastavelot.com

At the Mayo

F: La version française plus bas sur cette page ...

 

E:  "Tell us a Story Grandpa !"

 

"Oh, OK. Here's one."

During my medical education, I had a professor who's initials were KLB. A wonderful man who, later as a Surgical Resident, I had also done research with.


Now during his training, he had been formed as a Physician and Researcher at the prestigious Mayo Clinic. 


And while he was studying "at the Mayo," (sounds a bit like "pass me the mayo, please") he had an acquaintance who had elected Pathology as his field of study.

And once done with his Residency, he did a Fellowship "at the Mayo" and this time in Infectious Disease Medicine.


At some point in that Fellowship, people began to notice a new habit that he had developed.

 

And the people who had time to notice, would chuckle a bit. They had understood that our Fellow "at the Mayo" was beginning to see bugs everywhere. He wrote well-respected, peer-reviewed articles on nosocomial infections. Those are hospital acquired infections. They were well received. (The articles, not the infections).


As he approached any door in the hospital "at the Mayo" he would do this.


He'd reach into the right pocket of his white labcoat, and would pull out a latex rubber glove. (They were all latex then). He would put it on his left hand. Then he would open the door with his gloved hand (door handles if one, otherwise just pushing it open) and carefully passing through without contact. While holding his breath.


On the other side, he would use his right hand to peel off the glove, shooting it into the corner near where the door met the wall. He'd move down the hall, taking his next breath.


He had experimented with sterile gloves in folded paper wrappers.

 

These were less convenient than the non-sterile. Each package had to be opened individually before filling the right pocket of his white labcoat with them. These also came with a light dusting of talc to make it easier to slip them on. He didn't know about that talc. He had some reservations, but preferred not to have it come in contact with his skin. He also thought that some talc particles might get into the air while donning a glove, and be inhaled. He stayed with the non-sterile, non-powdered gloves.


One could notice him donning a glove in this manner at each door he passed through.


Some of the people who noticed, worked for housekeeping "at the Mayo."
One day, having surmounted the protective barrier that surrounded those who were Physicians "at the Mayo," a member of Mayo Clinic Housekeeping took a moment to chew out our Fellow in Infectious Disease Medicine.


I wasn't there to hear the conversation, but it must have included that someone else had to pick up his used inverted gloves collecting in the corners of the hallways "at the Mayo." And could he please stop doing that? (Something like that. I don't know, perhaps more).


So he modified his technique.


As you may have already learned, techniques to separate a human from invisible potential pathogens that just might kill you, require thought, some type of non-human material selected as a shield, followed by practice with the selected material. To get it right. Lots of fumbling at first. This should be overcome before getting into an actual, at risk situation.


Now his technique had been upgraded.

 

He would approach a door. He'd reach into the right pocket of his labcoat and pull out a latex rubber glove, which he donned on his left hand. Just like before. Then he would push open the door, and walk through. In so doing he would always try to contact the door at a slight distance from where other humans had contacted it with their ungloved hands.


On the other side, reaching across with his non-gloved right hand, he would open a small paper bag now kept in the left pocket of his white labcoat. He would open it enough so that the peeled-off glove could now be deposited in the paper bag. Then he would move on to his destination, take that next breath, and of course, move through other doors "at the Mayo."
At the end of the day, or sooner if full, the paper bag would get deposited in his lab, in a special trashcan for contaminated items.


He kept a stash of paper bags in the top drawer on the left side of his desk in the Path Lab "at the Mayo."

He used paper bags and not plastic, because he also had a thing about touching plastic. Also aluminum. He would wrap his sandwiches at home each morning (Fellows "at the Mayo" got to go home instead of being Interned with the Surgical trolls of course). Anyway, he would wrap his sandwich in waxed paper, and not aluminum foil. Aluminum has well-studied effects on the human brain. Much like fluoride. The two contacted together are even worse.


So over time, he also expanded the indication for using his technique, to opening any drawer or footlocker "at the Mayo."


And one day, towards the end of his training, in one of the bathrooms "at the Mayo," he was found hanging by a rope.

 

Can't seem to remember the name of that Fellow. Probably the fluoride in my toothpaste.

Maybe you remember. Were you "at the Mayo" back then in the '70's?

 

--------


So at this time of new and different techniques that you are learning, don't start seeing bugs everywhere.

 

While learning Medicine, someone who has that vocation, or thinks so, comes in contact with lots of scary, even life-threatening realities. Yup. Life-threatening, and life-taking. These change one. You might leave your field of interest for another, because the scary hits came just a bit too frequently. You might make such a career change several times. In my first year, classmates started having nightmares the day they met their cadaver in Anatomy Lab. For some, those never ended. Most adjusted.

 

And of course, and more important here, people who didn't chose and stick with that vocation, just don't need to hear about all that scary stuff.

 

A little, is what is now referred to as "informed consent." But you don't need to hear about, and live through, all of it. It drove many who I knew, out of Medicine. (So did Managed Care).

 

Our world has enough going on that's scary, to not add 'bugs' to its other sources of anxiety.

 

But of course, the bugs are there.


They're on your skin. They're in your nose.

Most are not harmful to humans.
And for the one's that are? Well, get your technique down, do it, then forget about it.

Go pick some flowers in the woods or your neighbor's garden.


And if you find yourself wondering about where you put that nice strong coiled rope you bought a few years ago, or just how cold river water must actually be, talk to someone.

 

-------------

 

<<<<<<<  Home

 

 

F : "Racontez-nous une histoire grand-papa!"

 

"Bien sûr, mes p'tits. En voici une belle."

 

Pendant ma formation médicale, j'ai eu un professeur dont les initiales étaient KLB. Un homme merveilleux avec qui, plus tard, en tant qu' Assistant en chirurgie, j'avais également fait des recherches.


Maintenant pendant sa formation, il avait été formé en tant que médecin et chercheur à la prestigieuse clinique Mayo à Rochester, dans l'état du Minnesota.


Et pendant qu'il étudiait «au Mayo» (cela ressemble un peu en anglais à «passe-moi la mayonnaise, s'il te plaît»), il avait une connaissance qui avait choisi la pathologie comme domaine d'études.

Et une fois son temps d'Assistant terminé, il a fait plus d'études "au Mayo" et cette fois en médecine des maladies infectieuses.


À un moment donné de cette formation, les gens ont commencé à remarquer une nouvelle habitude qu'il avait développée.

Et les gens qui avaient eu le temps de le remarquer rigolaient un peu. Ils avaient compris que notre camarade "au Mayo" commençait à voir des bestiôles partout. Il a écrit des articles évalués par des pairs très respectés sur les infections nosocomiales. Ce sont des infections qu'un patient attrape pendant son séjour à lhôpital pour une autre maladie. Ses écrits ont toujours été bien reçus.


Alors qu'il s'approchait de n'importe quelle porte de l'hôpital "au Mayo", il faisait ceci ....

 

Il mettrait sa main droite dans la poche droite de sa blouse blanche et sortirait un gant en latex de caoutchouc. (Ils étaient tous en latex à l'époque). Il le mettrait sur sa main gauche. Puis il ouvrait la porte avec sa main gantée (poignées de porte s'il y en a une, sinon juste en l'ouvrant) et en passant avec précaution sans contact. Tout en retenant son souffle.


De l'autre côté, il utilisait sa main droite pour décoller le gant, le tirant comme un élastique dans le coin près de l'endroit où la porte rencontrait le mur. Il avançait dans le couloir et reprenait son souffle.


Il avait expérimenté avec des gants stériles dans des emballages en papier plié.

Celles-ci étaient moins pratiques que les non stériles. Chaque paquet devait être ouvert individuellement avant d'en remplir la poche droite de sa blouse blanche. Ceux-ci étaient également livrés avec un léger saupoudrage de talc pour faciliter leur enfilage. Il ne connaissait pas bien ce talc. Il ne l'avait pas encore complètement étudié. Il avait quelques réserves, mais préférait ne pas le mettre en contact avec sa peau. Il pensait également que certaines particules de talc pourraient pénétrer dans l'air en enfilant un gant et être inhalées. Il est resté avec les gants non stériles et non poudrés.


On pouvait le voir enfiler un gant de cette manière à chaque porte qu'il traversait.


Certaines des personnes qui l'ont remarqué, travaillaient pour le ménage "au Mayo".
Un jour, après avoir franchi la barrière protectrice qui entourait ceux qui étaient Médecins "au Mayo", un membre de la Mayo Clinic Housekeeping a pris un moment pour un peu mâcher notre Fellow en médecine des maladies infectieuses.


Je n'étais pas là pour entendre la conversation, mais cela devait comprendre que quelqu'un d'autre devait ramasser ses gants inversés usagés dans les coins des couloirs «au Mayo». Et pourrait-il s'il vous plaît arrêter de faire ça? (Quelque chose comme ça. Je ne sais pas, peut-être plus).


Il a donc modifié sa technique.


Comme vous l'avez peut-être déjà appris, les techniques pour séparer un humain des agents pathogènes potentiels invisibles qui pourraient simplement vous tuer, nécessitent de la réflexion, un certain type de matériel non humain sélectionné comme bouclier, suivi d'une pratique avec le matériel sélectionné. Pour bien faire les choses. Beaucoup de tâtonnements au début. Ce problème doit être surmonté avant d'entrer dans une situation réelle à risque, face au bestiôles.


Maintenant, sa technique avait été améliorée.

 

Il s'approchait d'une porte. Il mettait la main droite dans la poche droite de sa blouse de laboratoire et sortait un gant en caoutchouc de latex, qu'il enfila sur sa main gauche. Juste comme avant. Puis il poussait la porte et traversait. Ce faisant, il essayait toujours de contacter la porte à une légère distance de l'endroit où d'autres humains l'avaient contactée avec leurs mains non gantées.


De l'autre côté, tendant la main droite non gantée, il ouvrait un petit sac en papier maintenant conservé dans la poche gauche de sa blouse blanche. Il l'ouvrirait suffisamment pour que le gant pelé et inversé puisse maintenant être déposé dans le sac en papier. Puis il continuait vers sa destination, prennait ce prochain souffle, et bien sûr, franchirait d'autres portes "au Mayo" de la même façon.


À la fin de la journée, ou plus tôt si la poche gauche était pleine, il déposait le sac dans son laboratoire, dans une poubelle spéciale pour les articles contaminés.


Il gardait une bonne réserve de sacs en papier dans le tiroir supérieur sur le côté gauche de son bureau dans le Laboratoire de Pathologie "au Mayo". Il les achetait une fois par semaine pour en avoir toujours assez.

Il a utilisé des sacs en papier et non du plastique, car il avait aussi quelques idées sur les riques dus au  plastique. Aussi l'aluminium. Il emballait ses sandwichs à la maison chaque matin (les Fellows "au Mayo" pouvaient rentrer chez eux au lieu d'être internés avec les trolls chirurgicaux bien sûr). Quoi qu'il en soit, il emballait son sandwich dans du papier ciré et non dans du papier d'aluminium. L'aluminium a des effets bien étudiés sur le cerveau humain. Tout comme le fluorure. Les deux ensemble sont encore pires.


Ainsi, au fil du temps, il a également élargi l'indication de l'utilisation de sa technique, pour ouvrir n'importe quel tiroir ou coffret "au Mayo".


Et un jour, vers la fin de sa formation, dans l'une des salles de bain "du Mayo", il a été retrouvé suspendu par une corde.


Je n'arrive pas à me souvenir du nom de ce Fellow. Probablement le fluorure dans mon dentifrice.

Vous vous en souvenez peut-être. Étiez-vous "au Mayo" à l'époque dans les années 70?

 


--------

 

Donc, à cette époque de techniques nouvelles et différentes que vous apprenez, ne commencez pas à voir des bestiôles, des virus, des 'bugs' partout.

 

Tout en apprenant la médecine, quelqu'un qui a cette vocation, ou le pense, entre en contact avec beaucoup de réalités effrayantes, voire mortelles. Oui. Danger de mort et des décès. La juste devant vous. Ceux-ci changent une personne. Vous pourriez laisser votre champ d'intérêt pour un autre, si les coups effrayants sont venus un peu trop souvent. Vous pourriez faire un tel changement de carrière plusieurs fois. Au cours de ma première année, mes camarades de classe ont commencé à faire des cauchemars le jour où ils ont rencontré leur cadavre au laboratoire d'anatomie. Pour certains, cela n'a jamais pris fin. La plupart ont ajusté.

 


Et bien sûr, et plus important ici, les gens qui n'ont pas choisi et poursuivi cette vocation, n'ont tout simplement pas besoin d'entendre parler de toutes ces choses effrayantes. Ni de les toucher.

 


Une petite dose, c'est ce qu'on appelle maintenant le «consentement éclairé». Mais vous n'avez pas besoin d'en entendre parler plus, et de vivre tout cela. Cela a chassé beaucoup de gens que je connaissais de la médecine. (Tout comme les sociétés d'assurance santé).

 


Notre monde a assez de choses qui font peur, pour ne pas ajouter des «bugs» à ses autres sources d'anxiété.

 


Mais bien sûr, les bestiôles sont là.


Ils sont sur ta peau. Ils sont dans ton nez.

La plupart ne sont pas nocifs pour l'homme.
Et pour ceux qui le sont? Eh bien, formez bien votre technique, faites-le, puis oubliez-le.

 

Allez cueillir des fleurs dans les bois ou dans le jardin de votre voisine.

 


Et si vous vous demandez où vous avez mis cette belle corde enroulée solide que vous avez achetée il y a quelques années, ou à quel point l'eau de la rivière doit être froide, parlez-en à quelqu'un.

 

--------

 

 

<<<<<<<  l'Acceuil

 

 

 



21/04/2020
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres