coronastavelot.com

coronastavelot.com

Nouvelles/ News


Vaccins : Pas toujours une ligne droite.

«Le Belge et convaincu; notre pays, lui aussi, aura ce vaccin.»

 

C'est la fin de l'article hier sur un des vaccins en préparation.

 

Voici l'article.

 

 

Astra -Zeneca - NEWS 8 septembre

 

8 septembre : Grand sourir et AstraZeneca tout fière ...

----------

 

9 septembre : AstraZeneca arrête les tests de son vaccin.

Là maintenant, moins de sourirs.

 

Voici un article apparu dans le New York Times ce matin.

 

NY Times story - 9 September

 

 

 

 

Et que je traduis ainsi ...

 

"L’essai du vaccin d’AstraZeneca est suspendu


La société pharmaceutique AstraZeneca a interrompu mardi les essais mondiaux de son vaccin contre le coronavirus en raison d'une réaction indésirable grave et inattendue chez un participant, a déclaré la société."

 

 

La société présente cela comme un arrêt de routine après qu'une maladie grave a été rencontrée chez un volontaire britannique. C'est peut-être vrai.

 

Mais cela rappelle que publier le premier article copié sur cette page, devrait être un peu plus discret pour promettre ce produit AstraZeneca aux Belges que de dire: 

 

«Le Belge et convaincu; notre pays, lui aussi, aura ce vaccin.»

 

Peut-être que lorsque tous les tests seront terminés, "Le Belge" ne voudra pas du tout de ce vaccin.

 

Si l'impatience est compréhensible, la prudence est un meilleur protecteur de santé ce jour.

 

De nombreux vaccins sont en phase 1, 2 et 3.

 

La patience est une vertue.

 

Et le grand sourir d'un "boss Belge d'Oxford" n'était peut-être pas seulement lié à une question de santé du peuple.

 

---------

 

Et comme les vaccins ne sont pas encore sortis du four, il semble que nous soyons toujours dépendants des tests sur la Belgique.

 

Voici un rapport de quelques tests innovants et rapides pour les anticorps. Ils sont produits pas trop loin à Liège.

 

Test rapide pour ainticorps - interdit en Belgique - 9 septembre

 

Comme à Strasbourg je suppose ... (n'oubliez pas de mettre le volume! )

 

 

 

 

Oups! Comme je le fais souvent, j'ai parlé trop tôt. La vente est illégale en Belgique. "Interdite".
Maintenant, pourquoi serait-ce?


Voici une façon d'aborder la question ...
"Qui perdrait de l'argent si ces tests étaient distribués localement dans notre région?"


Cela peut vous rapprocher d'une réponse.

 

-------

 

Encore un Oops ...

 

Quand on graisse les roues avec de la merde, éventuellement elles ne tournent plus.

 

Staré les flattes - 9 Septembre

 

Le vieux terme dans notre région pour ce phénomène était: "Stârer à flâttes." 

 

---------

 

Et à l'Université de Liège, l'évolution vers les tests de salive fait par la personne concernée.

 

Pourquoi pas à Aywaille, Chaudfontaine, Esneux, Eupen, Lierneux, Malmedy, Spa, Stavelot, et Trois-Ponts? Pourquoi?  Il faut suivre l'€uro ...

 

Pas encore bien éveillé ? ...

 

Les tests positifs - 8 septembre

 

 

 

Swab study in Liège - Fabrice Bureau - 9 septembre

 

Et que je traduis gentillement pour vous ...

 

La Belgique, parmi les pays européens les plus durement touchés par la pandémie, prévoit de renforcer sa capacité de test à partir de l'automne.

 

Environ 30 000 étudiants et membres du personnel académique de l'Université belge de Liège utiliseront les auto-tests à domicile et apporteront le tube contenant l'échantillon de salive aux laboratoires universitaires chaque semaine jusqu'en décembre.

 

"Ils auront les résultats dans la soirée", a déclaré à Reuters Fabrice Bureau, directeur adjoint de la recherche à l'université.

 

Les tests de salive à domicile pourraient considérablement augmenter la capacité de test, car ils sont plus simples et plus rapides que les prélèvements nasopharyngiens courants, que certaines personnes trouvent désagréables.

 

 

<<<<<<< vers l'Accueil 

 

 

 


09/09/2020
0 Poster un commentaire

Netherlands has a plan (Pays-Bas vont vers l'immunité collective)

E : 

 

Here is an article from the Sydney Morning Herald in Australia that summarizes nicely what the Netherlands decided to do today, and the epidemiologic reasoning behind it. 

 

 

Below is my French translation of the article. (Ma traduction française suit l'anglais, ci-dessous)

 

My first reaction is that countries of the world have taken quite different approaches in responding to the pandemic. Effects of changes in policy are harder to quantify with available tools.

 

Differences in quantities of testing implemented may help.

But how can these be related finally, to outcomes from this disease?

 

Here is my approach.


The goal of any approach to curing illness, should be to obtain a patient that has recovered. 


Counting those who are actively ill, and even those who have died, may be less useful than focusing on what is needed to get to the next healed patient.

 

Again, in what follows, identifying what I will call the right level of testing, isn't always evident. But it is clear, that there are extremes here once again. The prevalence of the disease in a country, remains I believe, the best comparator for setting a level playing field when one looks around the world. It defines how great the remaining challenge is for any given country.

 

Which ones lead to higher levels of recovered patients? That after all, is the goal of the healer. Are policy decisions, helping the healer in this task?

 

(see my tabular data below, after the French translation).

 

 

F :

 

Voici un article qui résume bien ce que les Pays-Bas ont décidé de faire aujourd'hui et le raisonnement épidémiologique qui le sous-tend.

 

Voici le lien pour l'article de presse du Sydney Morning Herald en Australie comme publié.

 

Ma traduction suit ...

 

"Les Néerlandais embrassent «l'immunité collective» alors qu'un avertissement de mort grave incite le Royaume-Uni à changer de cap."

Londres: les Pays-Bas adopteront une stratégie d '«immunité collective» pour lutter contre la pandémie de coronavirus, tout comme la Grande-Bretagne recule devant ses propres plans de gestion plutôt que de suppression de la maladie suite aux avertissements de 250 000 décès.

 

Dans des remarques qui font de lui le premier leader mondial à soutenir publiquement la théorie de l'immunité collective, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré qu'un verrouillage de masse n'était pas possible et que le pays avait plutôt opté pour un plan qui inclurait une "distribution contrôlée" de COVID-19 "parmi groupes les moins à risque ".

 

L'immunité collective est un scénario dans lequel tant de personnes deviennent résistantes à une certaine maladie qu'il devient beaucoup plus difficile pour elle de se propager au reste de la population.

Cependant, l'immunité de masse est généralement obtenue par la vaccination plutôt que par l'exposition et la récupération. Les experts ont averti que permettre au coronavirus de pénétrer des membres plus jeunes et en meilleure santé du public est un moyen dangereux de renforcer la résistance dans la communauté.

 

Dans son discours de lundi, Rutte a déclaré que son gouvernement avait exclu deux options: laisser le virus se propager sans contrôle et enfermer le pays "pendant un an ou même plus".

 

Au lieu de cela, le gouvernement a opté pour une troisième option surnommée «contrôle maximal».

Selon lui, "les experts nous disent" que les Pays-Bas peuvent ralentir la propagation du virus "tout en renforçant l'immunité de groupe de manière contrôlée".

 

"Ceux qui ont eu le virus sont généralement immunisés par la suite - tout comme autrefois avec la rougeole", a-t-il déclaré. «Plus le groupe immunisé est grand, moins il y a de chances que le virus se propage aux personnes âgées vulnérables et aux personnes en mauvaise santé. Avec l'immunité de groupe, vous construisez, pour ainsi dire, un mur protecteur autour d'eux.

 

"C'est le principe. Mais nous devons réaliser que la constitution d'une immunité de groupe peut prendre des mois, voire plus, et pendant ce temps, nous devons protéger autant que possible les personnes les plus exposées."

 

Le concept d'immunité collective a alarmé les épidémiologistes et les immunologistes.


William Hanage, professeur sur l'évolution et l'épidémiologie des maladies infectieuses à l'Université de Harvard, a utilisé un article d'opinion boursouflé dans The Guardian pour avertir "personne ne devrait avoir l'illusion que c'est quelque chose qui peut être esquivé en manipulant en quelque sorte un virus que nous sommes commence seulement à comprendre ".

 

L'Organisation mondiale de la santé a déclaré que COVID-19 n'était pas dans la population depuis assez longtemps pour comprendre comment il fonctionne et les experts australiens ont également mis en doute cette idée.

 

Le conseiller scientifique en chef de la Grande-Bretagne, Sir Patrick Vallance, a déclaré la semaine dernière que la réalisation de l'immunité collective était "l'une des choses essentielles que nous devons faire", tout en réduisant le pic de charge de travail et en propageant les infections sur une longue période.

 

Ayant jusqu'à présent résisté à certaines des mesures de distanciation sociale les plus draconiennes adoptées à travers l'Europe, le Premier ministre britannique Boris Johnson a brusquement changé de cap lundi et a dévoilé une série de nouvelles mesures destinées à supprimer plus agressivement le virus.

 

Quelques heures après cette annonce, une équipe de chercheurs de l'Imperial College a publié une modélisation qui a trouvé une approche «d'atténuation» intermédiaire - qui jusqu'à lundi, heure de Londres, avait été poursuivie par le Royaume-Uni - submergerait les hôpitaux «plusieurs fois» ". La recherche est importante car l'équipe de l'Imperial College conseille Downing Street sur la façon de répondre à la crise.

 

L'atténuation se concentre sur le ralentissement mais pas nécessairement l'arrêt de la propagation de l'épidémie, tandis que la répression vise à inverser la croissance épidémique, à réduire le nombre de cas à des niveaux bas et à maintenir cette situation indéfiniment.

 

La modélisation a révélé que la lutte contre l'épidémie uniquement par des mesures d'atténuation telles que l'isolement des cas, la mise en quarantaine des ménages et la distanciation sociale pour les personnes âgées dépasserait les "limites de surtension" pour les lits de la salle générale et les lits de soins intensifs "d'au moins huit fois" même sous leurs limites. scénario de modélisation optimiste.

 

"De plus, même si tous les patients pouvaient être traités, nous prévoyons qu'il y aurait encore de l'ordre de 250 000 décès en Grande-Bretagne et de 1,1 à 1,2 million aux États-Unis.

 

"Nous concluons donc que la suppression des épidémies est la seule stratégie viable à l'heure actuelle."

Cependant, les chercheurs ont averti que "les effets sociaux et économiques des mesures nécessaires pour atteindre cet objectif politique seront profonds".

 

Les mesures de répression devraient impliquer, au minimum, une distanciation sociale de l'ensemble de la population, l'isolement et la mise en quarantaine des logements, et éventuellement la fermeture d'écoles et d'universités.

 

"Le principal défi de la répression est que ce type de programme d'intervention intensive - ou quelque chose d'équivalent efficace pour réduire la transmission - devra être maintenu jusqu'à ce qu'un vaccin devienne disponible (potentiellement 18 mois ou plus) étant donné que nous prévoyons que la transmission rebondira rapidement si les interventions sont assouplies ", ont déclaré les chercheurs.

 

Johnson devrait répondre à la publication de la modélisation mardi."

 

------------------

 

Ma première réaction est que les pays du monde ont adopté des approches très différentes pour répondre à la pandémie. Les effets des changements de politique sont plus difficiles à quantifier avec les outils disponibles.

 


Des différences dans les quantités de tests mis en œuvre peuvent aider.

 

Mais comment les relier enfin aux résultats de cette maladie?


Voici mon approche.


Le but de toute approche pour guérir la maladie devrait être d'obtenir un patient qui a récupéré.


Compter ceux qui sont activement malades, et même ceux qui sont décédés, peut être moins utile que de se concentrer sur ce qui est nécessaire pour arriver au prochain patient guéri.

 


Encore une fois, dans ce qui suit, identifier ce que j'appellerai le bon niveau de test n'est pas toujours évident. Mais il est clair qu'il y a encore des extrêmes ici. La prévalence de la maladie dans un pays demeure, je crois, le meilleur comparateur pour établir des conditions équitables lorsque l'on regarde le monde. Il définit l'ampleur du défi qui reste à relever pour un pays donné.

 


Lequel mène à des niveaux plus élevés de patients récupérés. Après tout, c'est le but du guérisseur. Les décisions politiques aident-elles le guérisseur dans cette tâche?

 

 

La Prévalence 

"Q: C'est quoi encore la prévalence ?"

"R: le nombre de cas/ divisé par la population du même pays en million."

Prevalence ranked - 23 March

 

Voici une liste où les pays sont triés par nombre de tests par million de population.

C'est plus simple pour comparer. La Belgique est 14ième. Ceci, un échantillon de 24 pays.

 

Testing per Million, ranked - 23 March

 

La réalité des résultats des tests représente les principes scientifiques traduits par l'action du gouvernement. Ni l'un ni l'autre de ces variables est fixe. 

 

Mais nous sommes maintenant à une distance importante, de la simple pratique de la médecine basée sur des principes établis. 

 

Ces pratiques établies et éprouvées sont désormais remplacées et dirigées par la politique gouvernementale. Parfois, cela risque de lier les mains du médecin à l'approche du prochain patient. Mise en garde.

 

Revenons à notre prochain patient récupéré.

Combien de tests sont nécessaires dans chaque pays pour soigner un patient?

 

Les résultats sont intéressants.

 

Les pays triés par le nombre de tests positifs effectués, pour chaque patient récupéré.

Tests done to Recovered Ratio - 23 March

Si vous pensez que les tests doivent être présentés comme la valeur par million d'habitants, voici également ceux-ci, ajoutés dans la dernière colonne.

 

Donc lisez la première ligne, ici le Danemark, comme: "un million, trois cent seize tests par million de population, pour arriver à un patient récupéré." Et pour les Pays-Bas, notre sujet du jour: "Trois cents septante-cinq tests par million de population, par patient récupéré."

Tests done per Million to Recovered Ratio - 23 March

 

 

D'après ces comparaisons, il semblerait que les Pays-Bas aient jusqu'à présent été un pousseur pour les tests. Maintenant, je suppose que, puisque tout le monde sera autorisé ou même encouragé à obtenir COVID-19, il sera intéressant de voir comment cela a un impact sur la génération du prochain patient qui a été guéri.

 

Il est rapidement invoqué par les chefs de gouvernements que nous devons vite sauver nos unités de soins intensifs, puis nos hôpitaux, puis nos travailleurs de la santé. Mais quoi d'autre économiserons-nous (ou eux) en consacrant une fois de plus moins de budget à la prise en charge des malades? Ceci à un moment où d'autres pays ont travaillé très dur pour accroître la capacité des soins de santé.

 

Un peu de temps nous le dira. Mais seule l'histoire placera ces décisions politiques sous un jour plus clair.

 

 

<<<<<<<  l'Acceuil

 

 

 

 

 

 


23/03/2020
0 Poster un commentaire

Dans ces moments l'humour est essentiel !

Here is a video that accurately depicts our situation today. Enjoy ! Then go wash your hands.

 

Voici une vidéo qui décrit avec précision notre situation COVID-19 actuelle. Une véritable source de plaisir mais aussi d'information.

 

Ensuite, allez vous laver les mains.

 

 

 

 

Tu vois, je savais que tu en rirais.

 

<<<<<<< Accueil

 

 

 

 


19/03/2020
0 Poster un commentaire

En Belgique - Les mesures renforcées

Sophie Wilmès - Première Ministre de Belgique, nous parle le 17 mars.

 

Mesures renforcées en Belgique - 18 Mars

 

"Mesures renforcées"  ne semblent pas être : "Mesures draconiennes"

 

Ou pas encore.

 

Pensez à cette question.

 

Que pourrions-nous faire de plus?

Les cas en Belgique sont en augmentation.
Les cas en Belgique sont sous-estimés, ont dit hier ceux qui comptent les cas (SPF Santé Publique).


Quelles pratiques pourraient être ajoutées,

et qui semblent avoir déjà réussi dans d'autres pays à réduire les nouveaux cas et la transmission généralisée, et à augmenter le nombre de cas récupérés?

 

Les experts qui ont une vision du monde (O.M.S.), ont un mot à dire, trois fois: "Test! Test! Test!"
At-elle mentionné cela?

 

J'ai peut-être manqué cela et je vais relire sa déclaration maintenant.

 

Déjà mentionné sur CoronaStavelot.com mais vaut la peine d'être redit ici:

 

Pourquoi le test de COVID-19 est-il important?

 

(Source: avec ma traduction).

 

 

  • Nous voulons connaître le nombre total de personnes infectées par COVID-19. Pour le savoir, il est nécessaire de disposer de tests étendus.
  • Lorsque les tests sont trop faibles, nous n'avons pas une image claire de ce qui se passe.
  • Les tests sont essentiels pour comprendre la prévalence de la maladie, pour fournir un traitement rapide aux personnes infectées, pour comprendre comment la maladie évolue et pour s'assurer que nous prenons des mesures pour arrêter la propagation de la maladie.
  • Ce dernier point est très important: les tests sont essentiels pour réduire le taux d'infection. Lorsque les personnes infectées ne savent pas qu'elles sont infectées, elles peuvent ne pas rester à la maison, ce qui risque de contaminer les autres. Il est vital que les efforts soient intensifiés à cet égard.

 

Malheureusement, il existe deux raisons importantes pour lesquelles les tests sont encore faibles dans de nombreux pays touchés par COVID-19.

 

  • Tout d'abord, certaines personnes infectées par COVID-19 présentent des symptômes bénins et ne vont donc pas se faire examiner (nous expliquons les symptômes ici);
  • et deuxièmement, à certains endroits, la capacité de test est insuffisante.

 

Donc nous voici avec des raisons claires pour faire plus de tests.

 

Mais aussi, les deux empêchements les plus importants pour ne pas y arriver.

 

Solutions?

  • Partager quotidiennement avec le public:
    1. Les symptômes et leur fréquences de présentation de COVID-19
    2. Des instructions qui rappelent les actions à prendre si on développe n°1
  • Ne pas accepter les empêchements qui rendent obtenir un test quand indiqué, plus difficile
    1. Suivre les exemples des pays qui ont déjà maximisé leur capacité de test.
    2. Abandonner le nepotisme de seulement tester les soignants en contact avec les patients dans les hôpitaux.
    3. Changer l'idée que ceux qui sont déjà admit à l'hôpital ont besoin d'un test (pour distinguer d'un cas de grippe, cela est nécessaire), mais pas une personne sans symptôme mais à risque. (Nous sommes maintenant tous à risque, dit hier SPF Santé publique).
    4. Être honnête sur la maldistribution des centres de tests par Région en Belgique. Toute la population en Wallonie est désormais intégrée dans un processus de recherche pour aprendre éventuellement ce qui se passe lorsque moins de tests sont effectués qu'en Flandre. Cela demande une urgente solution.
      1. Plus de centres, avec une distribution basée sur les principes de transmission de COVID-19, au lieu des principes économiques (1 labo par X personnes dans la population), qui les ont mis en place dans le passé.
      2. Se servir de méthodes de tests (très disponibles à ce jour) qui donnent un résultat sur quelques heures au lieu de quelques jours. Cela va reduire la transmission par un contaminé qui se ballade en attendant son résultat.
      3. Faire plus de tests. (l'Opinion de l'O.M.S., pas seulement la mienne).

 

 

Pour soutenir l'idée que les cas en Belgique augmentent, une petite galerie des résultats de ce jour:

 

 

Le tout dernier mot de SPF Santé publique ce jour ...

 

Que faire si

 

"Qui testons- nous ?"

" ...  il devient de plus en plus important de donner la priorité aux tests et de ne plus faire de tests à grande échelle."

 

Soyons fous: testez la folie des tests >>>>>>>>>

 

 

<<<<<<< Accueil

 

 


18/03/2020
0 Poster un commentaire

A company in Dusseldorf - Test for COVID-19 virus

Dusseldorf.

 

That's not too far from where I'm sitting in Belgium.

In the Walloon region where undertesting for COVID-19 seems to be the present result.

 

Watch this video.

 

QIAGEN.

 

They have sent 200 machines to the U.S. - awaiting FDA approval before being put to use.

 

Can do: "tens of thousands of tests per day." (perhaps that 's for all 200 machines. That, or this is really some machine !!).

 

I've got a job for them here in Belgium in the Walloon Region.

 

 

I have the name of the company, and their address:

 

QIAGEN GmbH
QIAGEN Strasse 1, D-40724 Hilden, Germany

 

I have the 112 page manual for their Analyzer.

 

Now all I need is the machine. 

 

I'll get to work on that in the morning.

 

 

Write us at :  info@coronastavelot.com

 

 

<<<<<<<  Home

 

 

 


16/03/2020
0 Poster un commentaire